Mon bébé mange-t-il trop ? Risque-t-il un surpoids ?

Mon bébé mange-t-il trop ? Risque-t-il un surpoids ?

La pédiatre vous répond !

Nathalie R. a posé la question suivante :

« Bonjour, je voudrais savoir, mon petit garçon a 3 mois et une semaine il pèse 7 kg 050 et mesure 61cm, il était a 5 biberons par jour de 180ml, on ma dit de le passer a 4 biberons par jour 3 de 180ml et le dernier du soir a 210ml. Seulement il n’arrive pas a tenir a 4 biberons et je ne sait plus quoi faire c’est notre premier et en plus on me parle beaucoup d’obésité, donc je suis encore plus inquiéte. Ma question est comment faire, et est ce que a 16h je peut lui donner deux ou trois cuilléres de petit pot au fruits? Merci de votre aide » 

Voici la réponse de la pédiatre :

Le régime alimentaire standard proposé sur les boîtes de lait infantile selon l’âge est à adapter selon les poids et taille de l’enfant, selon ses antécédents personnels (terme, poids de naissance, pathologie éventuelle…) et ses antécédents familiaux.

Seul le résultat compte, certains bébés sont de gros buveurs et d’autres boivent de moins grandes quantités de lait. Il est essentiel de toujours établir les courbes de poids et taille de l’enfant, de s’assurer que la croissance est harmonieuse et qu’il n’y a pas de changement de couloir sur le graphique du carnet de santé.

Il est courant que le « surpoids relatif » constaté durant les six premiers mois disparaisse ensuite quand le bébé se met à se dépenser plus, notamment à se déplacer. La courbe pondérale s‘infléchit et l’enfant retrouve un poids en rapport avec sa taille. L’interrogatoire des grands-mères est souvent très instructif : les photos des parents bébés peuvent aider à deviner qu’elle pourra être l’évolution du poids de bébé.

La lutte contre l’obésité et le programme de Santé publique sont justifiés par l’accroissement des problèmes de surpoids dans l’enfance en occident. Il y a un paradoxe entre les injonctions médicales dans la lutte contre l’obésité et les propositions des rayons des supermarchés où abondent des aliments, tentant les parents et les enfants, trop gras et trop sucrés, voire contenant trop de protéines. Et que de campagne de publicité pour les vendre ! Que de lobbies impliqués dans cette consommation !

Votre enfant a un peu plus de trois mois, son poids actuel se situe en haut des courbes (+2DS) pour une taille également au-dessus de la moyenne (+1DS). Il boit cinq fois avec plaisir 180g. Veillez à ce qu’il boive lentement pour savourer avec un temps de succion suffisamment long (choix des tétines et pause pendant le biberon).

Chaque enfant a son métabolisme, son rythme est à respecter. Il passera de lui-même à quatre repas, de 210 à 240g dans le prochain mois. A noter qu’il existe des formules conçues pour les bébés affamés et des formules épaissies pour les « régurgiteurs« .

En ce qui concerne la diversification alimentaire, elle est conseillée actuellement entre quatre et six mois. Dès quatre mois, si vous constatez que votre fils suit les cuillères et fourchettes que vous portez à la bouche, il sera prêt pour essayer les compotes de fruits et les purées de légumes. La surveillance des courbes de croissance permettra d’apprécier l’évolution.

Nourrir son bébé, c’est lui apporter les nutriments dont il a besoin pour grandir et grossir et ce lors de moments de plaisir partagé, sans tension ni stress…

 

Docteur Salomon-Pomper, la Pédiatre

 

Vous souhaitez réagir à cet article ? Posez une question à notre Pédiatre ?

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

•  Quand et comment commencer la diversification alimentaire ?

  Enfants : Comment leur faire aimer les légumes ?

•  Enfant ou ado en surpoids, comment gérer la situation ?

 

Nous attirons l’attention des lecteurs de notre blog sur le fait que ce service gratuit a ses limites : aucun examen clinique n’étant réalisé par notre pédiatre, les éléments fournis par les lecteurs étant par nature parcellaires, les réponses ne sauraient engager ni la responsabilité de l’éditeur de ce blog, ni la responsabilité de son auteur qui ne peut que recommander la consultation d’un professionnel de la santé pour le cas évoqué dans une question. En savoir plus…

Partagez sur :