Choisir le sexe de son enfant : est-ce possible ?

Choisir le sexe de bébé

Pouvoir déterminer le sexe de son enfant est un rêve vieux comme le monde. Si autrefois, c’était tout à fait irréalisable scientifiquement, aujourd’hui, il semble que certaines techniques ont vu le jour afin de réaliser la volonté des parents. Des méthodes existent pour maximiser ses chances d’avoir plutôt une fille ou plutôt un garçon. Cependant, mis à part les recettes naturelles, certains procédés sont encore interdits en France. Le Blog La Vie Facile vous informe.

Le diagnostic préimplantatoire : illégal en Europe

L’une des méthodes les plus fiables pour choisir le sexe de son enfant est le DPI, également appelé le diagnostic préimplantatoire. En optant pour la fécondation in vitro, seul l’embryon désiré sera implanté dans l’utérus et les parents sont sûrs d’avoir le sexe du bébé qu’ils souhaitent. Cependant, le DPI est interdit dans toute l’Europe, s’il n’est pas utilisé pour des fins thérapeutiques. C’est le cas, quand on a recours à cette technique par purs caprices. Strictement encadré par la loi bioéthique de 2011, il est réservé aux couples qui risquent de transmettre une maladie héréditaire à leurs enfants. À l’instar du diagnostic préimplantatoire, il existe également des méthodes purement naturelles qui ne nécessitent aucune intervention médicale et qui coûtent moins cher. Il suffit de suivre un programme diététique bien ciblé une fois que l’on a réussi à tomber enceinte.

Historiquement, Le DPI a été développé à l’attention des personnes souffrant de maladies génétiques afin de pouvoir détecter si les embryons sont atteints d’une maladie ou s’ils sont sains. La procédure repose sur une fécondation in vitro puis un transfert dans le ventre de la future maman. Il se trouve que ce procédé permet également de détecter le sexe de l’embryon et peut donc être réemployé auprès des futurs parents désireux de choisir le sexe de leur bébé.

Les méthodes naturelles : entre croyance et réalité

Le DPI est certes efficace, mais il est aussi risqué et illégal. Dans ce cas, autant opter pour des remèdes naturels. Des compléments alimentaires sont désormais mis en place par des spécialistes pour permettre aux parents d’influencer sur le sexe de leurs futurs bébés. Ces régimes attirent ceux qui, après un ou plusieurs enfants du même sexe, veulent donner un coup de pouce à la nature. Ces produits contiennent uniquement des ingrédients sains qui n’impactent en aucun cas sur la santé de la future maman. Au contraire, ils ont été conçus pour booster la fertilité et pour apporter au bébé toutes les valeurs nutritives dont il aura besoin. Pour accompagner ces suppléments nutritionnels, on peut également suivre les conseils des gynécologues. Pour avoir un garçon, il faut manger des aliments caloriques, consommer de la viande et privilégier les jus de fruits. Par contre, on évite le laitage sauf, si on souhaite accoucher d’une petite fille. Dans ce cas, on opte pour des aliments riches en calcium et on bannit les charcuteries.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• Dossier maternité

 En 3 clics : votre date d’ovulation et vos périodes de fécondité !

 Enceinte à 40 ans : qu’est-ce que ça change ?

 Au secours, je n’aime pas être enceinte

Partagez sur :