Interview de Céline Collas, handimaman de 4 enfants

Interview de Céline Collas, handimaman de 4 enfants

Être maman n’est pas de tout repos mais lorsque l’on est en situation de handicap cela devient un véritable défi !-

Cette interview a été réalisée à l’occasion de l’organisation par A2micile de la manifestation  « Maman handicapée, Supermaman : le défi d’une vie ! » qui aura lieu au Palais de la Musique et des Congrès le 20 juin 2013 à Strasbourg. [1]

Céline a 31 ans, elle vit à Grosville (50) et a la particularité d’être à la fois touchée par le handicap mais aussi l’heureuse maman de 4 enfants dont les âges vont de 2 mois à 9 ans ! 

1.  Bonjour Céline, parlez-nous un peu de votre parcours, de votre histoire…

Ma maladie, la polyarthrite, s’est déclenchée quand j’étais toute petite, j’avais 5 ans. C’est une maladie handicapante et qui évolue par crise, j’ai donc eu une scolarité très très difficile. J’ai réussi à tenir jusqu’au lycée mais j’ai dû abandonner par la suite, la maladie prenait trop de place et il m’a été impossible de travailler. Malgré mon désir d’avoir une activité professionnelle, je n’ai trouvé aucun poste compatible avec mon handicap. J’ai pourtant cherché mais je dois avouer que je me suis sentie et me sens encore seule face à cette problématique.

En termes d’emploi et d’intégration professionnelle, je ne me suis absolument pas sentie soutenue, guidée ou épaulée. Pourtant, j’aimerais bien travailler mais concrètement je ne peux que me tourner vers des postes en VDI (Vendeur à Domicile Indépendant). Le rôle de mère me comble mais je souhaiterais aussi me sentir reconnue sur le plan professionnel. C’est pour moi une réelle souffrance car cela touche aussi la dimension sociale.

2.  Que représente le fait d’être maman malgré le handicap ?

Etre maman de 4 enfants, est pour moi une grande victoire et une sacrée revanche sur la vie, sur tout ce que l’on peut dire sur le handicap et sur tout ce que l’on endure au quotidien. De plus, j’ai la chance d’avoir un conjoint solide qui est là pour m’épauler et qui sait faire en sorte d’être présent sans prendre ma place de Maman…

3.  Comment votre entourage a-t-il perçu votre désir d’avoir un enfant ?

Quand j’ai annoncé à mon entourage mon désir de grossesse les avis ont été très mitigés. Concernant mes proches, j’ai essentiellement ressenti de la peur… « Est-ce que tu vas y arriver », « Est-ce que cela ne va pas aggraver ta maladie ? » mais le fait que je sois très bien suivie pendant ma grossesse les a beaucoup rassurés.

4.  Justement, en terme de suivi, qu’avez-vous pensé de votre prise en charge par les équipes médicales lors de votre grossesse ? Peu de maternités peuvent accueillir et suivre la grossesse d’une maman handicapée, qu’en avez-vous pensé ?

Pour moi, c’était totalement l’inverse. J’ai été nettement mieux entourée par le personnel de la maternité que par l’équipe qui me suit habituellement pour ma maladie. Le suivi était excellent et vu qu’ils ne connaissaient pas ma maladie sur le plan de la maternité ils étaient encore plus à l’écoute. Nous échangions beaucoup.

5.  Qu’avez-vous envie de dire aux femmes en situation de handicap qui aimeraient avoir un enfant ?

Je n’ai pas eu réellement de souci, la maladie s’est mise entre parenthèses le temps de la grossesse. Pour les 2 premières grossesses ce fut un peu compliqué au départ. Vu que je ne savais pas comment m’y prendre, j’étais très angoissée et cela a provoqué de très fortes crises. En revanche, pour les suivantes, j’étais beaucoup plus à l’aise. J’étais plus sereine et surtout mieux préparée. En effet, nous avons beaucoup échangé avec le personnel médical qui a suivi mes 4 grossesses et ensemble nous avons trouvé des solutions.

De manière générale, je dirais aux femmes désireuses d’avoir un enfant de se lancer dans l’aventure car il n’y a rien qui soit insurmontable. L’enfant s’adapte très facilement au handicap de l’un de ses parents, il évolue à ses côtés. Et puis on trouve toujours des astuces pour que cela se passe bien.

Etre maman, c’est exister pour quelqu’un et puis à côté du handicap, tout nous parait beaucoup plus simple. Avoir un enfant, ça nous tire vers le haut, ça nous aide à progresser, à aller de l’avant. Ce n’est que du positif, c’est difficile mais ça en vaut la peine !!

Crédit photo : ©LaughDust – Photographie

 

[1] Aujourd’hui encore, la notion de handicap fait souvent l’objet de nombreux préjugés, mais qu’en est-il quand on est une femme handicapée et que l’on souhaite être maman ?

A2micile a souhaité aborder la notion d’handiparentalité sous tous ses aspects en réunissant des intervenants  aux angles de vue différents dans le cadre de la manifestation  « Maman handicapée, Supermaman : le défi d’une vie ! »

En savoir plus ou télécharger votre bulletin d’inscription (gratuite) : Manifestation « Maman handicapée, super maman ? Le défi d’une vie  »

Partagez sur :

Il y a 4 commentaires concernant “Interview de Céline Collas, handimaman de 4 enfants

  1. Je connais ce petit bout de femme trés courageuse, c’est mon amie d’enfance, je suis trés fier d’être son amie.
    Félicitation à ma petite céline et son mari bien sur pour cette belle famille et leurs beaux enfants.

  2. Je connais également Céline qui est une femme très courageuse, je trouve son parcours magnifique, c’est une femme qui baisse jamais les bras, qui a la joie de vivre et qui profite comme elle peut de la vie.C’est une famille exemplaire.

  3. Bravo à toi Céline, tu es une vraie « supermaman » !
    J’aimerais que toutes les mamans aient autant à cœur l’éducation de leurs enfants que toi…

  4. Céline est une battante et super courageuse elle ne.montre jamais quand ca va pas elle est exceptionnelle
    Comment ce petit bout de femme peut vous ammenez autant de joie et de bonne humeur
    Je l adore et je ne pourrais plus m en passer en quelques annees elle est passée de connaissance a amie tres tres tres proche
    C est une maman qui a tellement d amour pour ses enfants c est magnifique