Le congé de paternité

paternité-LVFE

Si le congé maternité est totalement rentré dans les habitudes des jeunes familles, le congé paternité reste encore moins connu.

Ouvert à tous les salariés et aux salariées conjointes de la mère de l’enfant à venir,
il obéit à quelques règles
qu’il est bon de connaître avant l’arrivée de votre bébé. 

Ce que dit la loi

Un congé paternité est ouvert à tout salarié après la naissance de son enfant et de celui sa conjointe (partenaire de Pacs ou personne vivant maritalement avec lui).
Quelle que soit votre situation familiale, ce congé est un droit.

Toutefois, sachez que si vous n’est pas le père de l’enfant mais êtes marié à la mère ou pacsé, certaines pièces justificatives vous seront demandées, de même si vous êtes la conjointe de la mère, liée par un mariage ou un Pacs.

La durée légale du congé paternité de d’accueil de l’enfant est fixé à 11 jours (18 en cas de naissance multiple).

Ce que vous devez faire

Vous devez informer votre employeur de la date et durée du congé au minimum un mois avant le début dudit congé, qui doit par ailleurs débuter dans les 4 mois qui suivent la naissance de l’enfant.

A la durée légale s’ajoutent 3 jours d’absence autorisée que votre entreprise accorde pour toute naissance. Au total, ce sont donc 14 jours qui vous sont dus, 21 en cas de naissance multiple.
L’Assurance Maladie conseille d’aviser sa hiérarchie par courrier en recommandé pour plus de traçabilité.

Ce que votre entreprise doit faire

Tenue de vous verser des indemnités journalières, votre entreprise doit vous fournir une attestation de salaire. Le salaire n’étant pas maintenu, c’est la sécurité sociale qui prend le relai.

Bien évidemment, à votre retour de congé, votre entreprise se doit de vous permettre de retrouver le même poste au même salaire que celui que vous touchiez auparavant.

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• Accouchement : papa doit-il être présent ?

 La couvade, ou quand Papa fait une grossesse nerveuse

 

 

Partagez sur :