Quand et comment commencer l’apprentissage de la propreté ?

Quand et comment commencer l'apprentissage de la propreté ?

Sandrine a posé la question suivante :

Bonjour, Ma fille a 18 mois à la fin du mois. Est-elle prête pour l’apprentissage de la propreté ? Comment dois-je commencer ?

Voici la réponse de la pédiatre :

Pour devenir propre, un enfant doit avoir conscience qu’il a envie de faire pipi ou caca, il doit aussi avoir le désir de devenir grand et de faire plaisir à ses parents qui le sollicitent à ce sujet. Les petites filles sont statistiquement propres plus tôt que les petits garçons…

Chacun va à son rythme et il est bien exceptionnel qu’un enfant de trois ans, à l’entrée à la maternelle ne soit pas propre… Donc les parents se doivent d’aborder ce passage sereinement.

Une question de maturité neurologique…

La maturité neurologique permet : la maîtrise des sphincters (muscles de la vessie et du rectum fermant et ouvrant les orifices), la prise de conscience de ses envies, la capacité à se retenir pour avoir le temps d’aller sur le pot. Cette maturité apparaît aux alentours de 18 mois.

Des points de repères intéressants permettent de l’évaluer :

- Marche acquise depuis plus de deux mois

- Maîtrise de la montée et de la descente d’un escalier

- Jeux de passages d’eau d’un récipient à l’autre

…Mais aussi psychologique

La maturité psychologique à devenir propre est plus difficile à évaluer : l’enfant doit trouver un intérêt à devenir propre et le choix du moment est important pour cet apprentissage de la propreté. Lorsque l’on choisit le bon moment, il sera propre en une quinzaine de jours. Sinon, il est préférable de ne pas s’acharner, d’arrêter l’apprentissage de la propreté pendant deux mois puis de le reprendre.

Comment procéder ?

Si votre enfant de 18 mois vous semble prêt, achetez un pot et un réducteur de toilettes, expliquez-lui son utilisation, montrez-lui comment l’utiliser (montrer l’exemple étant, en matière d’éducation, toujours primordial).

Proposez un passage sur le pot après chaque repas, et aux heures où il remplit sa couche, ceci, calmement et avec gentillesse. Félicitez votre enfant en cas de succès, mais pas de cris ni de punitions dans le cas contraire… Ne le forcez pas à rester sur le pot pendant des heures.

La lecture de petits livres traitant du sujet de l’apprentissage de la propreté chez l’enfant peut aider parents et enfants à en parler. Choisissez des couches qui se mettent et s’enlèvent facilement, l’été permettant des essais sans couches plus aisés.

Soyez discrets, la vie de l’enfant ne devant pas se réduire à des comptes rendus publics de ses exploits ou échecs en la matière… La nourrice, la crèche et les grands-parents doivent  être informés de cet apprentissage et avoir une attitude en accord avec celle des parents.

La propreté nocturne s’acquiert en général plus tard, et là aussi à des dates variables…

Docteur Salomon-Pomper, la Pédiatre

 

Partagez sur :