Pleurs du soir, que faire pour mon bébé de 6 semaines ?

Pleurs du soir, que faire pour mon bébé de 6 semaines ?

Myriam a posé la question suivante :

Mon fils de 6 semaines pleure tous les soir de 18h à 22h environ. Rien ne le calme, ni les bras, ni les calins, ni le calme, ni la sucette… J’ai essayé de le laisser pleurer mais il ne s’arrête pas. Que faire? merci de votre aide car j’ai de plus en plus de mal à supporter ces pleurs.

Voici la réponse de la pédiatre :

Les pédiatres connaissent bien les pleurs du soir du petit nourrisson. Ils surviennent à la période de mise en place du rythme jour/nuit, démarrant vers l’âge d’un mois. 

A la tombée de la nuit, vers 18h et 20h, bébé se met à pleurer et ce sont de vraies crises de larmes incontrôlables, parfois de vrais cris de colère, qui durent quelques minutes à plusieurs heures, plongeant les parents dans le plus grand désarroi, impuissants qu’ils sont à calmer leur bébé, même par leurs câlins les plus doux.

Pourquoi bébé pleure-t-il ?

On pense qu’il décharge le soir son trop plein d’énergie, de tension accumulée durant la journée riche de découvertes. Le crépuscule, pense-t-on l’angoisse. C’est le moment aussi, où il était le plus actif in utéro…
On incrimine souvent ces fameuses « coliques », mais il ne s’agit ni de pleurs de douleurs, qui existent à d’autres moments de la journée également, ni de pleurs de faim.
C’est aussi l’heure où la maman est fatiguée par la journée qu’elle a passée près de son enfant…

Que peut-on faire pour éviter ces pleurs du soirs ?

Pour éviter ou limiter ces pleurs du soir, il faut favoriser les journées calmes et surtout des fins d’après-midi paisibles pour bébé.
Ne l’empêchez jamais de dormir durant la journée en pensant qu’il dormira mieux le soir : c’est le contraire qui se produira.

Que proposer en cas de pleurs du soir ?

Mettez-vous au calme, essayez de l’accompagner dans son chagrin en l’enveloppant de caresses tendres, de le bercer, de lui masser le ventre. La position sur le ventre, le long de votre avant bras, sur vos genoux, sur votre épaule est souvent  bénéfique.
Parlez-lui doucement, rassurez-le, chantez-lui une berceuse, promenez-le, donnez-lui un bain…

Surtout restez patiente et sereine, même s’il est très difficile d’entendre pleurer son enfant et d’être impuissante à pouvoir le soulager.
Vous ne pouvez pas le calmer si vous êtes épuisée, tendue ou angoissée. Posez-le dans ce cas, passez le relais à son père, à ses grands-parents, à une amie…
Aucun médicament n’est à donner, évidemment.

Une mention particulière à l’emmaillotage, que nous redécouvrons: enveloppez votre bébé dans un grand tissu ou une couverture, avec les bras le long du corps. Il peut, retrouvant la sensation de vie in utéro, se sentir rassuré et mieux dormir. Dans certains pays, le bébé est emmailloté jusqu’à l’âge de trois mois au moment du sommeil. Une alternative est l’écharpe de portage qui enveloppe bébé à votre contact, chaud et rassurant, vous permettant de poursuivre votre activité.

Et parfois, on ne peut rien faire…

Ne culpabilisez pas, accompagnez-le et sachez que cette période de pleurs du soir ne dure pas, le plus souvent, au delà de l’âge de trois mois.

Et surtout, passez de bonnes vacances!

Docteur Salomon-Pomper, la Pédiatre

 

Vous souhaitez réagir à cet article ? Posez une question à notre Pédiatre ?

 

Nous attirons l’attention des lecteurs de notre blog sur le fait que ce service gratuit a ses limites : aucun examen clinique n’étant réalisé par notre pédiatre, les éléments fournis par les lecteurs étant par nature parcellaires, les réponses ne sauraient engager ni la responsabilité de l’éditeur de ce blog, ni la responsabilité de son auteur qui ne peut que recommander la consultation d’un professionnel de la santé pour le cas évoqué dans une question. En savoir plus…

Partagez sur :