Une éducation sans punition : est-ce possible ?

Une éducation sans punition : est-ce possible ?

Les enfants savent se montrer indomptables. A notre plus grand désarroi, ils se transforment parfois en petits diables difficiles à contenir. Entre cris, pleurs et bêtises en tout genre dont eux seuls ont le secret, il n’est pas toujours évident d’imposer son autorité. Comment faire pour éduquer un enfant sans alterner en permanence entre permission et punition ? Comment remédier à l’absence d’obéissance d’un enfant ? La discipline positive pourrait bien être la solution que vous cherchez. Découvrons ensemble ce concept éducatif d’un nouveau genre.

Origines de cette discipline aux influences positives

La discipline positive vient en aide aux parents d’enfants turbulents ne sachant plus comment imposer leur autorité et faire entendre leur voix.

Le concept a été développé par l’américaine Jane Nelsen, docteur en psychologie et s’inspire des travaux d’Alfred Adler, psychanalyste autrichien des années 30. En France, l’approche est plutôt récente puisque c’est la psychologue Béatrice Sabatié qui a développé la pédagogie positive en 2012.

Les préceptes de la discipline positive

La discipline positive repose sur un certain nombre d’outils et recommandations.

  • Osciller entre fermeté et bienveillance : la discipline positive propose aux parents d’abandonner les réactions trop promptes et souvent irrationnelles, les comportements hystériques et réponses impulsives débitées sur un ton énervé. Préférez la coopération, prenez le temps d’écouter, de valider les propos de l’enfant puis de lui répondre fermement.
  • Encourager et montrer l’exemple : les refus de votre enfant sont souvent des moyens de vous faire comprendre qu’il n’arrive pas ou n’est pas capable de faire ce que vous lui demandez. Pour l’aider à se construire et comprendre ce qu’on attend de lui, la discipline positive préconise d’accompagner l’enfant dans ses démarches. Il faut l’encourager, lui montrer les gestes justes, le bon exemple.
  • Utiliser les erreurs comme supports d’apprentissage : la réparation de ses bêtises est l’occasion pour l’enfant d’apprendre, de comprendre et de s’améliorer. Plutôt que de le gronder, le punir ou bien lui confisquer son jouet du moment, offrez-lui l’opportunité de réparer ses erreurs.
  • Anticiper les conséquences logiques : l’enfant doit comprendre par lui-même ce que cela implique lorsqu’il refuse de vous obéir. Pour cela, acceptez son opposition et expliquez-lui quelles conséquences cela aura s’il refuse de mettre son bonnet par exemple. L’enfant découvrira seul que sans son bonnet, il a froid aux oreilles et que cela est désagréable pour jouer à l’extérieur. Il réclamera certainement de quoi se couvrir ; à vous alors d’être ferme et de lui faire remarquer que c’est sa décision qui a entraîné cette conséquence. Il comprendra rapidement où est son intérêt et ne s’opposera plus à porter son bonnet.

La discipline positive enseignée aux parents

Des conférences et ateliers ont vu le jour ces deux dernières années. Organisés par des associations et professionnels de la petite enfance, ils proposent aux adultes des outils pour apprendre à gérer le quotidien avec un enfant de manière efficace certes, tout en restant compréhensif et … positif. Entre théorie, activités pratiques et jeux de rôle, les participants découvrent les gestes et les mots qui permettront d’établir une relation de confiance, épanouissante et constructive.

L’objectif : améliorer le quotidien des parents comme de l’enfant. La promesse plaît et les dubitatifs repartent généralement convaincus, prêts à appliquer ces nouveaux réflexes auprès de leur progéniture.

La discipline positive à l’école

Les enseignants et professionnels de l’éducation sont de plus en plus nombreux eux aussi à adopter le concept. Désireux de mettre en place une communication efficace et bienveillante, ils voient dans cette approche un moyen d’aider l’enfant tout au long de son apprentissage.

À chaque famille sa méthode éducative. La discipline positive n’est pas forcément la réponse adaptée. Quoi qu’il en soit, cette pédagogie de l’encouragement fait des émules parmi les parents qui cherchent à se faire respecter. À chacun de trouver le bon dosage entre fermeté, bienveillance et confiance en soi.

Pour en savoir plus et découvrir l’intégralité des étapes de la discipline positive, nous vous invitons à découvrir le livre de Jane Nelsen « La Discipline positive, en famille et à l’école, comment éduquer avec fermeté et bienveillance », édition du Toucan.

 

Cet article vous intéresse ? Découvrez également :

 La pédagogie positive pour mieux apprendre

Partagez sur :

Il y a 2 commentaires concernant “Une éducation sans punition : est-ce possible ?

  1. Bonjour, dite moi si je me trompe mais j’ai l’impression que la discipline positive est tous ce qu’il y’a de plus logique pour élever un enfant on lui a juste donné un nom et un auteur scientifique mais en soi ne pas réagir brutalement ce remettre en question a chaque instant et apprendre de ses erreurs c’est une méthode simple que l’on a trop souvent tendance a oublier de nos jours !

  2. bonjour,
    Effectivement, la discipline positive est une méthode simple, toutefois elle va au-delà d’une simple conduite calme. Elle proscrit les punitions pour privilégier, comme vous l’indiquiez, la remise en question et l’apprentissage à travers nos erreurs. Elle est recommandée aux parents d’enfants turbulents et permet notamment de réapprendre à réagir calmement et patiemment, sans jamais osciller face au comportement de nos bambins ! Très bonne continuation et à bientôt sur le blog !