#MoisSansTabac : les conseils pour aider votre ado à arrêter

En novembre, on arrête ensemble.

Depuis 2016, plus besoin d’attendre le 1er janvier pour prendre de bonnes résolutions. En effet, c’est dès le 1er novembre que l’on se lance tous ensemble pour arrêter de fumer. Votre enfant fume et vous souhaitez l’aider à arrêter ? Le blog La vie facile avec mon enfant vous conseille pour mieux l’accompagner. 

#MoisSansTabac : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un défi collectif qui permet, en se stimulant les uns les autres, de venir enfin à bout de la cigarette. Créée en 2016, #MoisSansTabac est une opération qui a vu l’an dernier 180 113 personnes s’inscrire sur Tabac Info Service. Il faut compter également celles qui ont arrêté de fumer sans s’inscrire. Bien sûr, cela ne dit pas que toutes ces personnes ont définitivement arrêté de fumer mais cela développe une dynamique et incite à tenter d’arrêter. En matière d’arrêt du tabac, un échec n’en est jamais un. Cela apprend à ne pas reproduire certaines erreurs.

Comment arrêter de fumer ?

La condition sine qua non pour que votre ado est qu’il ai envie d’arrêter de fumer, cela contribuera en grande partie à la réussite de ce projet. Mais ce n’est pas tout. Voici quelques conseils pour l’aider à arrêter de fumer définitivement :

  • Anticiper son projet et tenter de casser les habitudes (ne pas fumer à la même heure le matin, ne plus fumer dans sa voiture, etc.)
  • Utiliser des substituts. Cela permet de ne pas avoir à gérer le manque de nicotine ET la perte des mauvaises habitudes (clope/café, clope/téléphone,clope/apéro)
  • Compenser intelligemment. L’arrêt du tabac est souvent synonyme de prise de poids. Au-delà d’un ou deux kilos qui peuvent être pris naturellement, le fait de grossir est généralement lié à notre manière de consommer. Conseillez à votre enfant de compenser en buvant beaucoup d’eau, de thé et de tisane pour s’hydrater et de combler ses fringales avec des pommes. En faisant attention à son alimentation, il ne pourra pas donner comme excuse « j’ai repris la cigarette car j’ai trop grossi ».
  • Pour autant, ne lui imposez pas un régime, cumuler les frustrations pourrait mener à l’échec.
  • Eviter les exceptions. Lors de sorties entre amis, votre enfant aura envie de prendre une cigarette. « C’est exceptionnel » dira-t-il. Et pourtant, dans la plupart des cas, l’exception redevient vite la règle.
  • Comprendre que tabac et relaxation ne sont pas liés. Votre enfant a un gros coup de stress lié à un examen par exemple et a une subite envie de fumer. Posez-vous un instant et demandez-lui si réellement la cigarette a cette capacité à limiter le stress alors que c’est en réalité un excitant. Il devra apprendre à passer outre l’aspect psychologique de la cigarette.
  • Faire du sport. Non seulement cela va vraiment le déstresser mais en plus cela sera bénéfique pour son poids, son bien-être, et il constatera les effets positifs de l’arrêt du tabac sur son souffle.

Profitez du #MoisSansTabac pour aider votre enfant à arrêter de fumer. Pour l’aider, il peut télécharger l’application de Tabac Info Service. Consultez également votre médecin généraliste, il pourra lui prescrire des substituts nicotiniques. Ceux-ci sont remboursés par la Sécurité sociale à hauteur de 150 euros par an. Il vous suffit d’envoyer la feuille de soin accompagnée de l’ordonnance.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• J’ai surpris mon enfant en train de fumer : que faire ?

 Le harcèlement scolaire à l’heure d’internet

 Parler de sexualité avec son ado : 4 règles d’or

Partagez sur :