Comment parler du suicide avec son enfant ?

comment-parler-suicide-_LVFE

Qu’il s’agisse d’amis ou de membres de la famille, de proches ou encore de connaissances plus éloignées, le suicide est un sujet difficile à aborder qui revêt un caractère de complexité supplémentaire, par rapport à la mort.
Afin d’apporter toutes les clefs émotionnelles à votre enfant, parlez-en avec lui.

Choisissez vos mots

En premier lieu, essayez de prendre vous-même un peu de distance avant d’en parler. Privilégiez les mots simples aux expressions imagées: il est préférable d’expliquer que la personne est décédée et qu’elle s’est tuée elle-même ; plutôt que de dire qu’elle a « décidé de rejoindre X », ou encore qu’elle est « partie quelque part ».

Épargnez-lui les détails

Les mots font naître des images dans l’esprit des enfants. Veillez ainsi à ne pas trop donner de détails, sur la manière dont la personne est décédée.
Vous pouvez, si votre enfant est petit, associer la notion de suicide à celle de maladie, sans pour autant stigmatiser le défunt.

Inutile, par exemple, de dire que la personne « était folle » ; vous pouvez expliquer que celle-ci était « tellement malheureuse qu’elle n’avait plus envie de vivre. » ou encore qu’elle était « malade de tristesse. »

Rassurez-le

Rapidement, votre enfant va considérer que la notion de suicide est assimilée à un sentiment de solitude et ainsi, de rejet de la part de la personne commettant l’acte.
Rassurez-le en lui expliquant qu’il n’y a pas de responsable dans un suicide et que ce n’est de la « faute » de personne. Vous pouvez également lui expliquer que certains médicaments et traitements peuvent agir sur le cerveau et conduire à un comportement tragique.

Incitez-le à parler

Afin d’éviter que votre enfant ne se sente coupable ou n’associe automatiquement l’idée de tristesse à celle de mort, incitez-le à parler de ses ressentis à lui, surtout s’il se sent triste.
Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à rassurer votre enfant quant au fait que vous l’aimez.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• Stress post-traumatique: comment rassurer mon enfant? 

Partagez sur :