Comment protéger nos enfants de la pédopornographie ?

Comment protéger nos enfants de la pédopornographie ?

Avec l’évolution constante des nouvelles technologies, nos enfants sont soumis à de plus en plus de risques à travers l’utilisation d’internet. Ordinateurs, tablettes, smartphones, les moyens ne manquent plus pour les enfants et adolescents d’accéder facilement à du contenu web. Toutefois, cette démocratisation d’internet et des outils pour y accéder n’est pas sans risque. A travers cet article, nous allons identifier les dangers auxquels s’exposent nos chers petits bambins mais aussi vous donner des conseils pour les éviter. 

Les dangers de la pornographie


Enfants et adolescents ont de plus en plus accès via internet à des images pornographiques, s’alerte le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Selon une étude TNS Sofres commandée par le CSA et publiée en juin 2012, près de la moitié des enfants de 11 à 13 ans et jusqu’à 68% des 15-17 ans, ont déjà regardé des vidéos choquantes. En effet, il y a « très longtemps » les jeunes découvraient la pornographie dans des revues. Désormais, les vidéos pornographiques sont en libre accès sur internet et un public de plus en plus jeune peut visionner ces images. Les médecins et les psychologues s’inquiètent et tentent d’avertir les pouvoirs publics.

Les effets potentiellement nocifs de la visualisation d’images pornographiques ne sont pas systématiques. Tout dépend de la façon dont les jeunes se sont construits et de l’éducation qu’ils ont reçue défend la psychanalyste Claude Halmos. En effet, en interrogeant les jeunes, on constate qu’ils ont conscience que leurs parents sont au courant qu’ils visionnent ces images, mais personne n’en parle. Elle souligne donc que c’est une démarche préventive qui s’impose face à ce problème et ce, dès l’enfance en passant par deux éléments essentiels :

  • L’information sexuelle : un enfant qui a été informé de la sexualité par ses parents, depuis qu’il est tout petit sait que ce sont des choses dont on peut parler. S’il est choqué par des images, il parviendra tout de même à en parler, même si c’est difficile.
  • Le respect de soi et de l’autre : cela ne s’apprend pas à un enfant seulement par des mots mais surtout par l’exemple ! Les notions d’intimité, de pudeur, de vie privée sont transmises par les adultes aux plus petits et posent les limites de ce que l’on peut partager et de ce qui est de l’ordre de l’intime. Ce sont ces limites qui permettent à l’enfant de comprendre que chez les humains, tout ce qui concerne le corps, et donc la sexualité, est soumis à des principes éthiques de respect de soi et de respect de l’autre. C’est cette conscience qui leur permettra de prendre de la distance avec la pornographie.

Les rencontres avec des personnes malintentionnées

Très récemment, la branche néerlandaise de l’ONG Terre des Hommes a piégé près de 20 000 prédateurs sexuels en ligne. Afin de mobiliser l’opinion publique et les autorités au phénomène de la prostitution des enfants, l’ONG a en effet décidé de créé Sweetie, une petite fille virtuelle de 10 ans d’origine philippine. Pendant 10 semaines, plus de 20 000 prédateurs issus de 71 pays différents ont tenté d’entrer en contact avec la fillette via des forums publics de discussions : ils étaient tous prêts à la payer pour qu’elle se livre à des actes sexuels devant sa webcam. Derrière les écrans d’ordinateur de l’ONG, plusieurs dizaines de bénévoles de l’ONG Terre des Hommes, choqués, qui ont travaillés jours et nuits pour tenter de récupérer un maximum d’informations sur ces prédateurs. A l’issue de l’opération, près de 1 000 personnes ont été identifiées et leurs coordonnées ainsi que leurs  photographies ont été transmises à Interpol. Toutefois, et selon cette ONG, cette opération n’aura permis de montrer que la partie apparente de l’iceberg, puisque selon l’ONU, environ 750 000 pédophiles sont susceptibles de surfer sur ce genre de site à ce jour.

Lorsque vous soupçonnez un comportement de prédateur ou remarquez des contenus pédophiles en ligne nous vous conseillons de ne surtout pas répondre aux messages, d’avertir immédiatement les autorités et de dénoncer les contenus ou comportements illicites constatés à cette adresse : https://www.internet-signalement.gouv.fr.

Quelles solutions pour protéger nos enfants ?

Pour sécuriser vos ordinateurs, des logiciels de contrôle parental existent et permettent de définir des plages horaires d’accès à internet et d’interdire l’accès à certains sites. Pour plus d’informations sur ces logiciels, vous pouvez vous rapprocher de votre fournisseur d’accès internet.

Comment protéger nos enfants de la pédopornographie ?Parallèlement, nous vous avons dégoté une toute nouvelle solution qui permet de protéger vos tablettes et smartphones : POTATI SECURITY.

Cette application pour Smartphone ou tablette Android vous permet de prêter vos appareils à votre enfant en toute sécurité et d’éviter ainsi les mauvaises manipulations (suppression de documents personnels, achats involontaires, appels téléphoniques ou accès à des sites web non adaptés). Une fois l’application lancée et activée votre enfant peut retrouver son bureau personnalisé et les applications que vous aurez préalablement autorisées. Il lui est dorénavant impossible d’ouvrir une application récente ou d’accéder à l’écran de démarrage standard. De plus, l’accès à un internet ludo-éducatif et sécurisé peut s’effectuer via le navigateur, portail de contenus POTATI. Ce dernier peut être adapté à chaque enfant selon son âge et ses goûts (plus de 3000 jeux, vidéos, sites web éducatifs pré-intégrés et disponibles). Pour quitter le mode sécurisé, le mot de passe des parents devra être saisi avant de pouvoir retrouver son environnement Android habituel.

Pour télécharger POTATI Security, rendez-vous ici.

Enfin, si vous ne disposez pas de tablettes ou de smartphones, sachez que des navigateurs spécialisés existent pour les 3-12 ans. Le navigateur POTATI en est un bon exemple et peut être installé facilement sur votre ordinateur, indépendamment de l’application POTATI Security.

 Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

  Protection des enfants sur internet : les outils qui sécurisent

  Génération Facebook : la moitié des 8-17 ans est connectée

  Communiqué associatif : Les dangers du smartphone

Partagez sur :