Tout savoir sur la dysgraphie

Tout savoir sur la dysgraphie

Votre enfant éprouve des difficultés à écrire ? Vous soupçonnez une dysgraphie ? Pas de panique, notre pédiatre vous aide à y voir plus clair !

L. a posé la question suivante :

« Bonjour, Je me demande si mon enfant est dysgraphique ou pas. J’ai été convoquée à plusieurs reprise par la maitresse de mon fils de 8 ans et demi. Il est en CE2. C’est un enfant très très actif qui ne tient pas en place à l’école comme à la maison. Il a de grosses difficultés concernant l’écriture (n’arrive pas à écrire sur les lignes, les cahiers sont très brouillons, gros problèmes en géométrie, n’arrive pas à utiliser le compas, n’arrive jamais à terminer ses exercices). Pourtant la maitresse me dit qu’à l’oral il est le premier à lever le doigt et la plupart du temps à les bonnes réponses. Dès qu’il y a un travail écrit, il se met à révasser ou à jouer avec son matériel. A la maison, les activités manuelles comme le coloriage ou les puzzles l’ennuient car il n’y arrive pas. Au niveau du langage, il a un vocabulaire très riche et une façon de s’exprimer très mature. Il a aussi une très grande culture générale, il adore les quizz. Que puis-je faire car sa scolarité devient catastrophique ? »

Voici la réponse de la pédiatre :

La dysgraphie est un trouble de l’apprentissage de l’expression écrite. Le terme se décompose en « dys »(qui signifie handicap en grec) et « graphia » (qui signifie écrire des lettres avec la main). 

Un enfant dysgraphique a du mal à accomplir des gestes graphiques, son écriture est déficiente alors qu’il ne présente pas de déficit neurologique ni intellectuel.

La dysgraphie peut s’accompagner d’autres troubles de l’apprentissage comme une dyslexie, une dyspraxie, une dysorthographie ou un déficit de l’attention… Il importe donc d’évaluer ce handicap qui chez l’enfant peut être un facteur d’échec scolaire. Il existe pour cela des échelles d’évaluation.

Comment soigner la dysgraphie ?

Le traitement de la dysgraphie consiste en une rééducation de l’écriture adaptée selon l’enfant et le type de dysgraphie. Celle-ci est faite par un ergothérapeute, un psychomotricien ou un graphothérapeute. C’est le plus souvent un pédiatre, un pédopsychiatre ou un neuropédiatre qui supervise cette prise en charge avec l’aide du médecin scolaire.

Que faire en cas de suspicion de dysgraphie ?

La lecture de votre courrier soulève un certain nombre d’interrogations :

  • Votre fils a-t-il présenté un retard psychomoteur, un retard de langage, des troubles du sommeil ou de l’alimentation, des rituels, des difficultés de communication avec son entourage ?
  • A-t-il des difficultés à s’habiller, à manger seul, joue-t-il à des jeux de construction ?
  • A-t-il des problèmes de convergence visuelle, un strabisme ?

Il faut dès maintenant réaliser un bilan orthoptique avec un orthoptiste et des tests psychomoteurs. Ceux-ci peuvent être faits par un psychologue en libéral ou par le psychologue scolaire gratuitement.

Votre fils pourrait, d’après votre description, être un enfant intellectuellement précoce. Il faudrait donc maintenant déterminer s’il a des troubles de l’attention et des problèmes de vision.

Un diagnostic doit être fait et il faut envisager dès que possible une prise en charge adaptée.

A l’école, la mise en place d’un Plan d’Accompagnement Adapté ou PAP sera proposée par le médecin de l’Education Nationale au cours d’une réunion éducative. On pourra éventuellement envisager l’utilisation d’un clavier en classe. Des livres peuvent également vous être conseillés pour vous aider à mieux accompagner votre fils dans la prise en charge de ses difficultés.

Docteur Salomon-Pomper, la Pédiatre

 

Vous souhaitez réagir à cet article ? Poser une question à notre Pédiatre ?

Poser une question à notre Pédiatre

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

  Dyspraxie, dysgraphie, dyslexie, mon enfant est dys…

  L’apprentissage du langage 

  La lecture avec votre enfant : 8 conseils pratiques

  Comment susciter le goût de lire chez mon enfant
Nous attirons l’attention des lecteurs de notre blog sur le fait que ce service gratuit a ses limites : aucun examen clinique n’étant réalisé par notre pédiatre, les éléments fournis par les lecteurs étant par nature parcellaires, les réponses ne sauraient engager ni la responsabilité de l’éditeur de ce blog, ni la responsabilité de son auteur qui ne peut que recommander la consultation d’un professionnel de la santé pour le cas évoqué dans une question. En savoir plus…

Partagez sur :