Premier chagrin d’amour : comment aider mon ado ?

chagrin

L’adolescence, cette période de découvertes, d’expérimentations, de rébellion… et aussi des premières expériences sentimentales douloureuses ! Même si vous aussi vous êtes déjà passés par ces étapes, il vous arrive parfois de vous sentir désemparés et impuissants devant la tristesse de votre enfant. Mais alors, comment réagir ? Voici quelques clés pour aider votre ado.

 Comment réagir ?

Un brutal changement de comportement et une soudaine tristesse, peuvent vous mettre sur la piste : votre adolescent connaît son premier chagrin d’amour. Pas de panique, il s’en remettra ! Mais vous pouvez l’accompagner en douceur dans cette grande étape aussi douloureuse, qu’utile.

Tout d’abord, en ne minimisant pas le chagrin. Si la plupart des adultes ont connu ces situations, elles n’en restent pas moins d’une intensité dramatique et terrible lorsqu’elles se présentent pour la première fois. Ensuite, pas de jugement ! Il ne servirait qu’à braquer votre ado et fermer le dialogue. Peu importe ce que vous pensez de son « ex », ce n’est pas encore le moment de partager votre avis. Et enfin, surtout : restez à l’écoute, mais sans obliger votre ado à parler. Là aussi, le sentiment d’oppression renforcerait sa tristesse et sa conviction d’être incompris. Laissez-lui le temps, manifestez votre attention et votre disponibilité, mais laissez-lui son espace et ne posez pas trop de questions non plus. Les ados sont de fragiles créatures qu’il faut approcher avec précautions !

Fille, garçon : quelles différences de réactions ?

Si l’épisode se révèle aussi douloureux pour les filles que pour les garçons, les uns et les autres ne manifesteront pas leur tristesse de la même manière auprès de leur entourage. Ainsi, sans tomber pour autant dans les clichés, les filles présentent généralement des signes clairs : elles mangent moins, sortent moins, socialisent moins, pleurent plus volontiers et s’enferment dans leur chambre. Elles assument totalement le côté « romantique » d’une histoire, la tragédie de la rupture n’en est que plus intense.

Les garçons, eux, s’ils souffrent autant que les filles, le manifestent généralement beaucoup moins, plus introvertis, et surtout plus attentifs à leur image sociale. A l’adolescence, la compétitivité étant souvent très forte chez les garçons, pas question de passer pour un faible et donc d’afficher ses ressentis.

Si le premier chagrin d’amour semble insurmontable pour votre adolescent, rappelez-vous vos expériences et n’hésitez pas à les partager avec votre enfant afin de créer un dialogue naturel et simple qui lui rendra bien des services.

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

• Parler de sexualité avec son ado : 4 règles d’or

• Contraception : comment aborder le sujet avec son enfant

Partagez sur :