Tout savoir sur la péridurale

Tout savoir sur la péridurale

La péridurale est une possibilité proposée à la femme enceinte afin d’atténuer les douleurs de l’accouchement. La base de son fonctionnement repose sur le blocage de la conduction nerveuse dans le bas du corps, sans que cela influe sur la mise au monde du bébé.

Cependant, toutes les femmes n’accouchent pas sous péridurale, chaque personne vit la douleur d’une façon différente et doit pouvoir choisir en fonction de son seuil de tolérance. L’usage de la péridurale à l’accouchement dépend aussi des pays et de la culture : en France, 60 à 70 % des accouchements se font sous péridurale, seulement 15 % aux Pays-Bas, ou à l’inverse jusqu’à 80 % aux USA et au Canada ! Ces taux prennent cependant en compte les péridurales liées à une pathologie ou une césarienne et ne sont donc pas toujours des péridurales « choisies » par la maman. 

La péridurale : comment ça marche ?

Un anesthésique local est injecté dans l’espace péridural, c’est-à-dire entre deux vertèbres du bas du dos. Cet espace est au contact des racines nerveuses qui proviennent de l’utérus et du périnée et l’anesthésique supprime les douleurs de l’accouchement en 15 minutes environ. En revanche, si la péridurale arrête la douleur, elle ne supprime pas complètement la sensibilité et permet à la maman de sentir son accouchement et de vivre pleinement ce grand moment. Les effets anesthésiants ont une durée variable selon la quantité injectée mais la pose d’un cathéter permet de procéder à des injections ultérieures sans manipulations supplémentaires.

En pratique : la pose de la péridurale

La péridurale est mise en place par le médecin anesthésiste-réanimateur qui effectue l’injection. La mère est en position assise ou allongée sur le côté, le dos rond afin de libérer le plus large espace possible entre chaque vertèbre.

On effectue le plus souvent, en premier lieu, une anesthésie locale qui insensibilisera le trajet de l’aiguille péridurale. C’est le seul moment douloureux mais cette douleur-là est tout aussi supportable qu’une prise de sang ou qu’une anesthésie dentaire. Grâce à cette anesthésie locale, l’aiguille péridurale peut ensuite être introduite « sans douleur ». Il est nécessaire que la maman soit immobile, c’est pourquoi on introduit cette aiguille entre deux contractions.

L’aiguille péridurale permet alors d’introduire le cathéter par lequel le produit anesthésique sera injecté autant de fois que nécessaire. Une fois l’aiguille retirée, le cathéter est fixé par un pansement adhésif.

A quel moment ?

La péridurale est posée en général lorsque le col de l’utérus est entre 3 et 8 cm de dilatation. En effet, il faut attendre le début du travail « efficace » mais il ne faut pas dépasser un stade de dilatation trop avancé non plus. Pendant ce laps de temps, la mère peut faire la demande de péridurale à la sage-femme qui suit l’accouchement. C’est elle qui donne son accord en fonction de l’avancée du travail et l’anesthésiste procède à la pose de la péridurale.

Il est important de rappeler qu’il y a d’autres méthodes de lutte contre les douleurs de l’accouchement et que la péridurale ne doit pas être la seule solution proposée aux femmes. Bénéficier de la bonne préparation à l’accouchement, de techniques de massage du dos ou encore de bains de relaxation peut s’avérer suffisant pour aider à rendre la douleur supportable et éviter ainsi le recours à cette anesthésie.

De plus, il ne faut surtout pas négliger l’importance de la présence de personnes rassurantes, de mots d’encouragements. Ce sont eux, avant tout, qui permettront à la maman de vivre sereinement son accouchement et de prendre confiance en sa pleine capacité de mettre au monde son enfant.

 

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

Interview d’une sage-femme : préparer l’accouchement

Guide des prénoms

Check liste de votre valise pour la maternité !

Interview d’une sage-femme : le déroulé de l’accouchement

Tout savoir sur le don de sang de cordon

Le baby blues, de quoi s’agit-il ?

Partagez sur :