punir positivement

Comment punir positivement son enfant ?

S’il n’est plus question aujourd’hui de punir les enfants avec des châtiments corporels ou des mesures drastiques, cela ne signifie pas qu’il faut tout leur passer.

Le concept de l’enfant roi engendre des enfants mal élevés et irrespectueux et surtout qui ne disposeront pas des outils nécessaires pour fonder leur vie d’adulte. Voilà pourquoi il est judicieux de mettre en place un système de punitions positives.

La réparation matérielle

Tout comportement engendrant des dégradations matérielles peut être puni en demandant la réparation matérielle.

Un enfant qui dessine sur un mur devra le nettoyer et aider à le restaurer s’il faut le repeindre ou changer le papier ; s’il casse un objet, il doit en ramasser les morceaux et le réparer si c’est possible ; s’il renverse un liquide, il devra éponger et nettoyer, etc. S’il est à un âge où il perçoit de l’argent de poche, une retenue peut être mise en place pour payer les réparations.

L’enfant mesure ainsi très concrètement les conséquences de ses actes.

La réparation symbolique

Certains dégâts ne sont pas réparables. Il faut alors trouver une compensation symbolique. Il peut là encore s’agir d’un dédommagement pécuniaire. Vous pouvez également proposer un service quelconque : ménage dans la maison, travail de jardinage, etc. L’idéal étant de trouver une tâche en rapport avec le « délit ».
Enfin, vous pouvez exiger une lettre d’excuse (ou un dessin pour les plus petits). Celle-ci doit nécessiter un réel travail de composition pour obtenir le pardon. L’enfant doit y passer du temps et réfléchir à sa faute.

La privation

La privation fait partie des moyens les plus efficaces chez un adolescent. Lui retirer son téléphone portable ou lui interdire certaines sorties demeurent des classiques positifs, car la sanction est sévère, mais n’est pas brutale.
Pour les plus petits, trouvez une solution douce. Il n’est pas indiqué par exemple de lui retirer son doudou, car il constitue un moyen de réassurance. En revanche, vous pouvez le priver de certains jeux pour une période déterminée.

 

Le sujet vous intéresse? Découvrez également :

Se protéger de la lumière bleue des écrans

• Protéger son enfant contre les cyberviolences

Syndrome du bébé secoué : de graves répercussions