Comprendre ce qu’est l’infection materno-fœtale à E. coli

Comprendre ce qu'est l'infection materno-fœtale (IMF) à E. coli

Sara F. a posé la question suivante :

Mon premier enfant est mort 9 jours après sa naissance. Une infection materno foetale a été détectée le lendemain de sa naissance, il a été placé en réanimation néo natale, mis sous antibiotique et oxygène, son état semblait s’améliorer (CRP < 5 le 1 jour après) , mais il a refait un pic de température, un jour après, il a fait un choc septique : hémorragies du poumon et du tube digestif, marbrures.. puis ses reins ne fonctionnaient plus.. il est mort le 9em jour après sa naissance. 
On m’a dit que c’est une IMF à E.Coli, j’ai accouché par césarienne (hypertension gravidique) mais je ne souffrais de rien d’autre, comment ce germe a pu attaquer mon enfant? comment je peux l’éviter pour mes prochaines grossesses? Est ce qu’il y a un dépistage à faire? j’ai peur de revivre ça une nouvelle fois… Merci

Voici la réponse de la pédiatre :

L’infection materno-fœtale (IMF) représente une cause importante de morbidité et de mortalité néonatales. Elle est fréquente, 1 à 4% des naissances, favorisée par l’immaturité des défenses immunitaires du nouveau-né, plus encore du prématuré. Elle est grave, responsable de 10% de la mortalité néonatale. Elle survient dans les quatre premiers jours de vie. Elle est transmise par la mère à son fœtus en ante ou en prénatal.

Le fœtus peut être infecté par :

  • Voie sanguine par le placenta, secondaire à une septicémie maternelle
  • Voie ascendante (contamination du liquide amniotique dans lequel baigne le fœtus par un germe de la flore vaginale, avec ou sans rupture de la poche des eaux)
  • La filière génitale, contamination par ingestion, inhalation ou atteinte cutanéo-muqueuse

Le diagnostic d’IMF repose sur :

  • Un faisceau d’arguments anamnestiques : fièvre maternelle, infection maternelle urinaire ou vaginale, rupture prématurée ou prolongée de la poche des eaux, liquide amniotique teinté, souffrance fœtale aiguë inexpliquée, accouchement prématuré inexpliqué…
  • Des signes cliniques : fièvre, pâleur, teint gris, troubles respiratoires, digestifs, neurologiques, éruption…
  • Des signes biologiques : anomalies à la numération sanguine, protéines de l’inflammation telle la CRP élevée…
  • Des signes radiologiques (radio de des poumons).

La preuve est faite par la bactériologie, les germes peuvent être identifiés après mise en culture des prélèvements (sang, urines, liquide céphalorachidien, liquide gastrique..).

La majorité des IMF est due à trois types de germes :

  • Le streptocoque ß hémolytique du groupe B est le plus fréquent
  • L’Escherichia coli (infection maternelle urinaire inconstante), germe présentant souvent des résistances aux antibiotiques
  • La listéria

En cas de suspicion d’IMF, un traitement antibiotique est institué d’urgence, après les prélèvements et sans attendre les résultats de la bactériologie car l’évolution peut être foudroyante en quelques heures… L’infection néonatale est la grande préoccupation du pédiatre de maternité. C’est une urgence majeure.

C’est probablement votre triste expérience d’une infection fulminante, sans possibilité de préparation à cette douleur intense causée par le décès, ressenti comme inadmissible, d’un nouveau-né. Vous n’aviez pas de signe d’infection et votre enfant a probablement été infecté par voie ascendante par un E. Coli.

Avant toute autre grossesse

Il faut reprendre avec votre gynécologue toute l’histoire de la première et lui poser toutes les questions, éclaircir avec lui toutes les zones d’ombre et au besoin revoir les néonatalogistes qui se sont occupés en réanimation de votre bébé décédé. N’hésitez pas à solliciter, pour vous et votre compagnon, le soutien et le suivi psychologique auprès de professionnels.

Pour votre seconde grossesse

Vous serez suivie avec grande attention par une équipe qui aura à l’esprit vos antécédents. Au cours de la grossesse, épisodes fébriles, infections urinaires seront particulièrement pris en compte. Attention à la fissuration de la poche des eaux, à une petite fièvre en fin de grossesse, aux brûlures mictionnelles. A l’entrée en maternité vous aurez un prélèvement vaginal, un examen des urines. Il ne faudra pas hésiter à rappeler votre histoire à vos interlocuteurs médicaux et paramédicaux lors de votre prochain accouchement.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une seconde grossesse, la plus sereine possible, suivi d’un accouchement calme avec un bébé en pleine forme.

Un conseil aux parents

La fièvre dans les premières semaines de vie ne doit pas être traitée à la maison avec une prise de paracétamol mais toujours entraîner une consultation rapide auprès d’un médecin avec hospitalisation pour bilan, voire traitement antibiotique d’urgence sans attendre les résultats des prélèvements bactériologiques.

Docteur Salomon-Pomper, la Pédiatre

 

Vous souhaitez réagir à cet article ? Posez une question à notre Pédiatre ?

 

Nous attirons l’attention des lecteurs de notre blog sur le fait que ce service gratuit a ses limites : aucun examen clinique n’étant réalisé par notre pédiatre, les éléments fournis par les lecteurs étant par nature parcellaires, les réponses ne sauraient engager ni la responsabilité de l’éditeur de ce blog, ni la responsabilité de son auteur qui ne peut que recommander la consultation d’un professionnel de la santé pour le cas évoqué dans une question. En savoir plus…

Partagez sur :

Il y a un commentaire concernant “Comprendre ce qu’est l’infection materno-fœtale à E. coli

  1. J’ai compris certaine chose avec cet article. Je vous en remercie. Y’a t-il des effets après la guérison du nouveau-né?