Le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité

Le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité

Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, appelé aussi TDAH, touche aujourd‘hui environ 5% des enfants. Ce trouble chronique, incluant impulsivité, agitation et difficultés de concentration, entraîne des conséquences tant dans la vie quotidienne de l’enfant que dans ses apprentissages scolaires. Manifestations, diagnostic, prises en charge, voici un tour d’horizon du TDAH

C’est à la fin du 19ème siècle que ce syndrome a été défini pour la première fois : les médecins parlaient alors d’instabilité psychomotrice pour définir le comportement de certains de leurs jeunes patients. Depuis 2013, le TDAH est considéré comme un trouble neuro développemental. Son origine est en effet neurologique, liée à un dysfonctionnement de certaines parties du cerveau, notamment le cortex frontal, qui nous sert à planifier, à organiser ou encore à stocker de nombreuses informations, pensées ou émotions.

Comment se manifeste le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDHA) ?

Les manifestations du TDAH sont nombreuses et varient en fonction de la personne. On distingue deux grandes catégories, l’une reliée au trouble attentionnel, l’autre à l’hyperactivité.

Dans la première, l’enfant a des difficultés à soutenir son attention dans les jeux ou les activités à l’école, à s’organiser et aller au bout d’une tâche. Il est facilement distrait par le moindre bruit ou mouvement, égare souvent ses affaires, ne se conforme pas aux consignes données, etc.

Dans la seconde, l’enfant bouge souvent et beaucoup, d’autant plus dans les situations inappropriées. Il a du mal à attendre son tour (tour de jeu, de parole, etc.), se déplace inutilement, gère et accepte difficilement les frustrations, se met vite en colère, etc.

Qui consulter ?

Le diagnostic, effectué par un pédopsychiatre ou un neuropsychologue, prend en compte plusieurs facteurs comme l’intensité des troubles, leur fréquence ou encore leur durée. Il existe des échelles type qui permettent d’appréhender, avec plus d’objectivité, ces trois aspects du trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Mais le diagnostic se fonde également sur l’ensemble des informations données par les parents et l’enfant, ou encore par l’enseignant qui a remarqué des difficultés en classe.

Quels traitements ?

C’est le corps médical qui proposera la mise en place d’un éventuel traitement : celui-ci, à base de médicaments, permettra de limiter les manifestations de l’impulsivité, de l’inattention ou de l’hyperactivité en agissant sur les zones cérébrales impliquées.

Le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité n’est en rien anodin. Avec ou sans hyperactivité, il risque souvent d’entraîner des difficultés à l’école, dans tous les apprentissages. Les difficultés de comportement sont souvent repérées par l’enseignant dès la maternelle, parfois avant par les parents. De plus, environ un enfant sur cinq présente un réel trouble spécifique des apprentissages, associé au TDAH (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysphasie…), d’où la nécessité de mettre en place des adaptations scolaires personnalisées en fonction de chaque enfant et de ses symptômes.

Il existe dans de nombreux départements des associations très actives, auprès desquelles les parents, ainsi que les enfants concernés pourront trouver aides et conseils pertinents, afin de gérer au mieux tant à la maison qu’à l’école, les nombreuses manifestations du TDAH.

Dr Chevillot Sauger, Orthophoniste

Le sujet vous intéresse ? Découvrez également :

 Dyspraxie, dysgraphie, dyslexie, mon enfant est dys…

 Le système scolaire, comment ça marche ?

 Nos conseils pour une année scolaire sans stress

Partagez sur :